MASS HYSTERIA retourne le Krakatoa

Publié le 4 mars 2024 à 10:25

C'est sous un ciel pluvieux que nous avons rendez-vous, ce  samedi soir, au Krakatoa avec le groupe de Metal français que l'on ne présente plus, Mass Hysteria. D'avance, nous savons que la soirée sera explosive ...

Ce jour-là, j'arrive à 15h30 devant la salle bordelaise pour rejoindre un petit groupe de fans ; nous allons assister aux balances du groupe, en toute intimité, grâce à un concours organisé par le "fan club" officiel des Mass, administré par des fans-bénévoles : "l'Armée des Ombres". L'un des administrateurs  Nico lunettes bleues, organisateur de ce concours, nous attend et nous fait un briefing sur le déroulé de cette après-midi. Aux alentours des 16h00, nous rentrons dans la salle et timidement, les fans restent en retrait de la scène dans la pénombre, pour ne pas gêner les répétitions. Mouss, le frontman (chanteur) demande aux gens de s'approcher et de ne pas hésiter à venir jusqu'à la barrière ; avec hésitation, seuls quelqu'uns oseront, toujours dans le respect du groupe qui a eu la gentillesse de nous accueillir.

Les répétitions sont parfaites, ils sont rodés et nous assistons plus à un mini-set qu'à des balances. Personne n'applaudira à chaque fin de titre pour ainsi les laisser dans leur routine habituelle : il y a quand même un show à assurer le soir et la veille ils étaient encore sur scène.

Le temps des répétitions terminées, les membres du groupe, satisfaits de leurs balances, descendent rejoindre la fosse pour un moment d'échanges avec les fans. Des CDs, vinyles, livres, posters seront signés. Mouss ouvre le bal et vient saluer personnellement chaque personne. Il reçoit beaucoup de belles paroles et quelques offrandes dont il apprécie le nectar. Des souvenirs reviennent et le sourire des membres rend ce moment chaleureux, précieux.

Il est temps de les quitter pour mieux les retrouver le soir-même. Il est bientôt 18h00 et  nous partons, avec nos nouveaux amis,  gagnants du concours, se mettre au chaud dans une brasserie.

Une fois rapidement restaurés, nous regagnons le lieu des festivités nocturnes où, déjà, les premiers Furieux et Furieuses, ( nom communément donné par "les Mass" à leur fanbase), entrent dans le hall du Krakatoa.

La plupart attendent tranquillement, un boisson à la main, car la première partie "Puissance Paulette" , un trio local, ne débute pas avant une demie-heure.

Je récupère mon accréditation que Verycords m'a accordé pour couvrir cette date.

Il est temps de rejoindre la salle, encore éclairée, pour le début de la première partie. Rien n'est jamais simple pour ces premières parties qui doivent faire face à un public,  pas encore acquis à sa cause ;  d'autant que juste derrière eux, se trouve tout le matériel de M.H. Ils sont en costume de scène scintillant ; un mannequin, surnommé "Paulette" sépare Alice Daré (chant/clavier/choeurs) de Thomas Fernandés (chant/guitare/basse/choeurs). Timidement, juste derrière nous avons le troisième membre, Boris Larzul (batterie). Paulette est apprêtée d'une belle et longue robe de soirée ...

Le public, lui, attend, observe ; ils découvrent ce trio et le style "Rock Parpaing" qui n'est pas aux premiers abords leur musique de prédilection ; mais nous pouvons compter sur l'ouverture d'esprit des metalleux, pour écouter et laisser s'exprimer ce groupe. On pourra dire, in fine, que le pari et le contrat furent remplis lorsque la foule applaudi, danse et se laisse porter et emporter par Puissance Paulette. bravo à eux ! 

Puissance Paulette- Krakatoa

C'est l'heure de l'entracte, le temps de finaliser le plateau qui va accueillir Mass Hysteria. C'est l'occasion, pour certains, de prendre de l'avance et de faire un tour au merch, pour éviter la foule plus tard et pour les autres de se désaltérer ou de respirer l'air d'une cigarette à l'extérieur. Un peu de frais va faire du bien pour affronter la chaleur de la salle qui s'annonce ! 

Il est temps de passer aux choses sérieuses ! On sent vraiment la tension et l'impatience gagner l'antre de la salle, cette fois, bondée ; la lumière se tamise, la musique de l'intro réchauffe nos oreilles et le rouge incandescent de la scène s'illumine ... 

Discrètement, Raphäel, à la batterie, entre et s'installe derrière son instrument, le Krakatoa exulte déjà lorsqu'un Mouss, combatif, surgit sur scène " Salut les furieuses, salut les furieux" ! Le combat est lancé  au son des guitares électriques qui font leurs arrivées et la messe débute par "Mass Veritas", titre sorti en mai 2023 ; parti pour devenir un classique du groupe. Comme d'habitude, Mouss arpente la scène d'une extrémité à l'autre avec toute l'énergie dont il est coutumier. Le public répond, comme attendu, à l'appel et va accompagner les cinq membres jusqu'au bout ; ça hurle ici et là, l'excitation va monter crescendo ! Arrive le titre emblématique "Positif à Bloc", celui qui fait d'une foule un seul être. C'est du Metal français oui mais avec des textes qui ont du sens et cet opus ne déroge pas aux prérogatives du quinté. C'est au tour de " Chien de la casse" de lancer ses riffs et le roulement thrash de la batterie ; c'est super énergique et idéal pour le fameux circle pit, la lessiveuse et là et ramasse tout sur son passage ; il y a un message politique assumé derrière, (" chien de la casse, sans dents, fous de liberté ...") c'est la réponse du berger à la bergère ! 

Vae Soli ( malheur à l'homme seul) sera le prochain titre ; derrière ce titre rageur, c'est une ode à la liberté et à la joie qui fait référence aux attentats tragiques, dont ceux du Bataclan, tout comme le titre "L' enfer des Dieux". Mass Hysteria, c'est un engagement sans failles sur toutes les injustices de ce monde ; personne n'est pris au dépourvu, le groupe le revendique derrière sa musique ! Ça fait les affaires d'un public survolté. Le Krakatoa transpire par tous ses pores ; il n'y a pas un centimètre d'espace et la seule façon de se mouvoir est de suivre le mouvement ! 

Les titres s'enchainent sans relâche. Certes, Mouss est le leader charismatique mais on ne peut décemment pas renier que ce sont les cinq membres qui rendent Mass Hysteria si particulier  : Yann  Heurtaux et Fred Duquesne à la guitare, Jamie Ryan à la basse et Raphäel Mercier à la batterie, assurent leur mission de divertir ce public de connaisseurs avec la même intensité que notre chanteur sus-cité ; c'est un tout, c'est communicatif et à moins d'avoir pénétré la salle sous Lexomil ( quoique même là ...), cette décharge nous est délivrée par la formation au complet ! 

"Si l'enfer des Dieux, c'est leur amour des hommes ; l'enfer des hommes, c'est leur amour des Dieux". Et oui, c'est au tour de ce titre si particulier de résonner, telle une prière, dans l'enceinte de cette salle. Les salles de concerts devraient toujours être des cocoons où, le temps d'un instant, on se sent en famille et où on partage la même passion, la même émotion ...

Le public est toujours à l'unisson sur ce morceau et on poursuit la révolution avec " Encore sous pression" et "Tout est poison" entrecoupés de "wall of death", de slams et autres joyeusetés habituelles dans le milieu "Metal".

Il est temps pour le groupe de faire une micro-coupure, le temps, sûrement, de se désaltérer et de souffler un peu ! 

Le groupe revient sur scène sous l'acclamation de la salle, qui s'impatiente tant les furieuses et furieux  en veulent encore.

Il reste cinq titres pour clôturer cette soirée et autant dire que ce ne sont pas des balades ...

"Tenace" retenti, c'est le tire éponyme de l'album en deux parties (  Tenace part I et Part II )  : une volonté du groupe qui a émis le constat que les gens n'allaient que très rarement jusqu'à l'écoute total d'un album de dix ou douze titres ; deux fois sept titres est plus judicieux, selon Mass Hysteria. Un choix qui se respecte ! 

une vidéo vaut mille mots : 

"Le Grand réveil" et "Contradiction" vont poursuivre ce set suivi du moment " Chill" où les enfants vont pouvoir monter sur scène. Ils sont en nombre et à l'appel de Mouss, ils débarquent les uns après les autres, dans un flot incessant. Mouss parlera à chacun d'eux en leur demandant leur âge : ça va de cinq ans  à dix-sept ans ; la relève est assurée ! 

Ils y resteront le temps de "Furia" : 

Cette folle journée, cette folle soirée va se clôturer par "Presque du Metal"  dans un rage explosive ! Mass Hysteria a retourné le Krakatoa, c'est peu de le dire et a encore une fois marqué les esprits de leur empreinte. Après un tel show, on repart l'esprit léger, c'est thérapeutique. On a vidé notre sac et ça me fait ça à chacun de leur concert : une claque que tu prends en pleine face, où tu poses ton cerveau dans le coffre de la voiture ( bah oui, il n'y a pas de vestiaire au Krakatoa ) pour vendre ton âme au Diable de la musique ! 

Nous allons nous quitter avec la traditionnelle photo de famille ; un souvenir de plus pour nous, pour eux, validé par le Saint Metal ! Ils finiront par un petit tour au merch pour saluer les fans pas encore partis, même Mouss y sera !

Bastonne! remercie le groupe pour sa bienveillance, Verycords pour sa confiance et l'Armée des Ombres pour l'organisation de l'après-midi.

Vous pouvez retrouver toutes les vidéos sur la chaine Youtube de Bastonne! Ainsi que toutes les infos média sur le Facebook et Instagram.

Toutes les photos et vidéos sont la propriété de Bastonne!

Ajouter un commentaire

Commentaires

Mammouth
il y a 5 mois

Superbe boulot. Magnifique report.

Chèze
il y a 5 mois

Excellent taf…bravo à toi !!

Mikael
il y a 4 mois

Cool très bien retranscrit

Merci